Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

> Le record de chaleur journalier du 20 avril à Eybens / St Martin d’Hères était de 27,0°C en 2007. Le record décadaire (plus haut atteint durant la période du 11 au 20) était de 29,3°C hier. Ils sont battus ce vendredi avec 30,3°C. Le record mensuel (plus haut atteint sur l’ensemble du mois d’avril) est de 31,6°C le 27 avril 2012. Retrouvez toutes les valeurs sur nos tableaux climatologiques (>>).

> Après cet hiver trop long et trop gris (>>), sachez profiter des températures remarquablement élevées (>>) et des bienfaits du soleil tout en vous protégeant (>>).

vendredi 20 à 16:43

Station météo -
Températures Grenoble
Pollution : 6/10 (MEDIOCRE)
Vent : -

Pression :
Twitter

Inondations urbaines sous orage stationnaire à Angers

Retour à la liste

Article publié le 12/05/2016

La journée du mercredi 11 mai fut très orageuse sur la France. 

 
Décharges électriques (Lightning Maps) & satellite à 17 h (WW) - 11 mai 2016

Outre les phénomènes tourbillonnaires (>>), ces orages ont été localement très pluvieux, ces derniers se révélant sans grande conséquence en zone rurale mais autrement plus problématiques en zone urbaine, par exemple à Dieppe (>>), Quimper (>>) et surtout à Angers (>>). 

 
 
Inondations à Angers (49) - 11 mai 2016 - Angers Infos

Il est tombé 48 mm en tout dont plus de 40 mm en moins de 2 h sur une station météo placée en ville (>>). La probabilité est faible qu'un événement pluvieux intense circonscrit à une zone de faible superficie affecte une zone urbaine. Mais le nombre des évènements tout comme celui des sites sensibles est suffisamment élevé pour que leur superposition ne soit pas rare. Si la fréquence de tels évènements est variable géographiquement, aucune commune n'est vraiment à l'abri, même lorsque l'aléa n'a jamais été constaté par le passé. Les fichiers de catastrophes naturelles font état de plusieurs dizaines de cas chaque année entre avril et octobre. 

L'extension urbaine de la deuxième moitié du vingtième siècle, en périphérie des tissus agglomérés denses, dans les villages et bourgs de fond de vallées, a renforcé le phénomène de ruissellement urbain par l'imperméabilisation des sols, la transformation de l'usage agricole des terres semi-urbaines ainsi que la déforestation d'entrées de ville. Cette extension s'est accompagnée d'une multiplication des infrastructures linéaires en remblai qui a modifié les régimes d'écoulement des eaux en créant des obstacles. L'urbanisation a souvent fait fi des marécages, ruisseaux qui avaient une fonction de stockage ou d'écoulement vers le réseau hydrographique, modifiant sensiblement les écoulements naturels. Des réseaux d'évacuation correctement conçus selon les instructions de l'époque, dans un contexte purement communal, sont devenus incapables d'écouler des pluies un peu soutenues quelques années après leur construction. 


 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google