12 résultats
Chargement

Quelle est la période la plus chaude de l'été en France ?

jeudi 23 juillet 2020

Alors que nous sommes déjà dans la seconde partie de l'été météorologique, les températures n'ont pas encore atteint leur apogée. En France, la moyenne des températures est au plus haut à la fin du mois de juillet. Explications.

 

Des températures au plus haut fin juillet

 

Moyennes des températures minimales et maximales en France de juin à août - via Météo France

 

Comme on peut le constater sur le graphique ci-dessus, nous approchons de la période la plus chaude de l'année en France. C'est au cours de la dernière semaine du mois de juillet - du 25 au 31 - que les normales de saison atteignent un plateau sur l'hexagone, tant au niveau des températures minimales que des valeurs maximales.

 

Fin juillet, les normales saisonnières en France sont d'un peu moins de 16 degrés la nuit et environ 27 degrés le jour. Ces valeurs sont bien évidemment des indicateurs thermiques à échelle nationale, ne tenant pas compte des nombreuses et importantes variations régionales. Une fois au début du mois d'août, le thermomètre commence tout doucement à décliner.

 

Normales de saison au cours de la dernière décade de juillet - via lameteo.org

 

En France, c'est donc la dernière décade du mois de juillet qui est en moyenne la plus chaude. Dans le nord du pays, les températures diurnes sont alors de 23 à 25 degrés en règle générale, plutot 25 à 27 degrés dans le centre de la France, 26 à 28 degrés au sud-ouest et 28 à 30 degrés sur les régions méditerranéennes.

 

Bien entendu, la variabilité naturelle du climat fait que les valeurs les plus hautes ne sont pas toujours observées à cette période de l'année d'une année sur l'autre. On se rappelle toutefois que l'été 2019 avait pleinement vérifié ces statistiques avec une canicule d'intensité remarquable à la fin du mois de juillet (42,6°C à Paris le 25/07/2019).

 

 

Pourquoi le jour le + long n'est-il pas le + chaud ?

 

C'est un questionnement qui revient régulièrement. Comment se fait-il que les températures continuent de monter durant plusieurs semaines alors que les jours raccourcissent ? Explications.

 

 

Le jour le plus long de l'année a lieu au solstice d'été, le 21 juin. Pourtant, nous venons de voir que les températures sont au plus haut environ 5 semaines plus tard. Si le raisonnement qui voudrait que le jour le plus long soit le plus chaud peut sembler logique d'un point de vue mathématique, il ne l'est pas d'un point de vue météorologique. 

 

En effet, il ne faut pas omettre l'inertie thermique ! Plus concrètement, le soleil réchauffe la terre et les océans qui sont capables d'emmagasiner puis de restituer cette chaleur. Il y a un effet d'accumulation jour après jour, semaines après semaines. La terre et les océans continuent donc de se réchauffer et de stocker de la chaleur jusqu'à la fin du mois de juillet, d'autant que la durée du jour est encore considérable durant ce mois (on ne perd qu'une heure de soleil sur Paris au cours des 40 jours suivant le solstice).

 

Schéma de l'évolution de la température au cours d'une journée classique

 

Si le principe d'inertie thermique est valable à échelle saisonnière, il l'est aussi à échelle journalière. En effet, la température maximale l'été est souvent atteinte vers 16-17h, soit 2 à 3 heures après que le soleil ne soit au zénith. L'explication est simple : le sol emmagasine et restitue de la chaleur jusqu'en fin d'après-midi. En clair, la température croît tant que l'énergie reçue par le soleil est supérieure à celle émise par le sol (ce qui ne s'inverse qu'en fin d'après-midi un jour de beau temps).

 

Schéma du stockage de l'énergie solaire sur Terre - via ocean-climate.org

 

Pour approfondir le sujet, il faut savoir que les océans stockent environ 93% de l'énergie solaire contre seulement 3% pour l'atmosphère et les sols. Les 4% restants sont absorbés par les calottes glaciaires. Ces proportions expliquent pourquoi la température des océans varie bien moins que celle des continents au cours de l'année. Cela a un impact évident sur le climat des régions côtières qui bénéficient d'automnes et hivers plus doux - car mers & océans restituent la chaleur accumulée durant l'été.